By continuing on this site you have agreed to cookies being placed and accessed by this website. More information and adjusting cookie settings.

Robeco uses cookies to analyze your visit to this site, to share information via social media and to personalize the site and advertisements in line with your own preferences. By clicking on agree or by continuing on this site, you agree to the above. More information and adjusting cookie settings.

AGREE

Robeco uses cookies to analyze your visit to this site, to share information via social media and to personalize the site and advertisements in line with your own preferences. By clicking on agree or by continuing on this site, you agree to the above. More information and adjusting cookie settings.

AGREE

By continuing on this site you have agreed to cookies being placed and accessed by this website. More information and adjusting cookie settings.

Les défis de l'investissement factoriel : éviter les biais factoriels indésirables

03-03-2017 | Insight L’investissement factoriel gagne en popularité mais sa mise en œuvre reste un défi pour de nombreux investisseurs. Mesurer l’exposition d’un portefeuille aux facteurs et éviter les biais factoriels indésirables figurent parmi leurs principales préoccupations.

Points clés
  • Les biais factoriels indésirables peuvent affecter la performance
  • Déterminer avec précision l'exposition aux facteurs est clé
  • Robeco Factor Exposure Monitor : un outil permettant de prendre des décisions d’investissement plus avisées
Analyser et attribuer l'origine des performances passées d'un portefeuille constitue une partie essentielle du processus d'investissement. Ce qui est évident pour les investisseurs qui utilisent une approche fondamentale traditionnelle de sélection géographique et sectorielle, l’est tout autant pour ceux qui ont une approche systématique aux primes factorielles.

Cependant, il est beaucoup moins évident de mesurer l'exposition aux primes factorielles d'un portefeuille ou de calculer la performance individuelle des facteurs. Or, cet aspect est essentiel car les biais factoriels non détectés et indésirables peuvent impacter la performance.

D'après une étude réalisée par FTSE Russell en 2016, éviter les biais factoriels indésirables arrive en deuxième position au rang des principales préoccupations des investisseurs lorsqu'ils envisagent de recourir à l'allocation factorielle.

Attention aux indices « smart beta »

Comme nous l'avions indiqué dans le premier article de cette série _dédiée aux principaux enjeux auxquels sont confrontés les investisseurs lorsqu'il s'agit d'investissement factoriel_, le fait qu’il soit presque impossible de prévoir le timing de ces différentes primes constitue un argument majeur en faveur d'une large diversification. Cette diversification nécessite néanmoins une certaine expertise et de la vigilance car les facteurs peuvent également s'annuler entre eux.

« Les investisseurs doivent pouvoir déterminer avec précision leur exposition aux différents facteurs. »

Ces conflits potentiels entre facteurs constituent une des raisons principales pour lesquelles les produits basés sur les indices « smart beta » courants s'avèrent souvent inefficaces lorsqu'il s'agit de capturer les primes factorielles. A titre d’exemple, les stratégies « Value » génériques peuvent être amenées à sélectionner des titres considérés comme « bon marché » mais pour de mauvaises raisons (entreprise en difficulté financière). On se retrouve alors en présence d’un conflit entre les facteurs « valorisation » et « qualité », qui pénalisera implicitement la performance pour l’investisseur.

Dans une étude(1) datant de 2015, David Blitz, responsable de la recherche quantitative actions chez Robeco, et Matthias Hanauer, analyste quantitatif actions, ont ainsi démontré que la performance d'une stratégie mono-factorielle dépend fortement des expositions implicites à d'autres facteurs.

Ils ont constaté des écarts de performance très significatifs entre stratégies factorielles en fonction de leur exposition secondaire à d'autres facteurs. Pour prouver ces écarts, ils ont simulé quatre stratégies génériques ciblant les facteurs « valorisation » et « momentum ». Deux d'entre elles évitaient précisément les conflits entre facteurs, tandis que les deux autres présentaient une exposition négative à d'autres facteurs.

Chez Robeco, nous exploitons quatre facteurs qui ont démontré leur potentiel de performance à long terme : valorisation, momentum, faible volatilité et qualité. Les combinaisons de produits génériques à facteur unique ont souvent pour résultat d'opposer des expositions aux primes qui s'annulent partiellement ou totalement. C'est pourquoi nous nous assurons que toutes nos stratégies combinent efficacement les facteurs pour éviter les biais indésirables. Ceci est valable aussi bien pour les actions que pour les obligations(2).

Toutefois, il convient de noter que des portefeuilles existants peuvent déjà présenter des biais factoriels importants sans que les investisseurs en soient conscients. Ainsi, avant d’envisager une nouvelle stratégie axée sur un facteur, il sera nécessaire de mesurer l'exposition précise aux différentes primes factorielles. Par exemple, dans le cas d'un client dont les expositions sont déjà fortement orientées sur la « valorisation », la stratégie factorielle optimale ciblera une pondération explicitement plus faible à ce facteur.

Dans une démarche d'allocation factorielle, la première étape consistera donc à déterminer les primes factorielles qu’ils souhaitent exploiter et les définir avec précision. Dans un deuxième temps, il leur faudra être en mesure d'évaluer leur exposition à chacun des facteurs, de même que la performance correspondante.

Un outil de suivi dédié

Afin de permettre à nos clients d’identifier à quelles primes factorielles ils sont exposés et d’analyser leurs performances passées, nous avons développé un modèle novateur d'attribution de performance : le Factor Exposure Monitor(3). Cet outil mesure notamment l’exposition d’un portefeuille aux différents facteurs et constitue ainsi une base solide pour gérer efficacement son allocation factorielle.

Concernant l'attribution de performance factorielle quantitative, de nombreux autres outils sont disponibles sur le marché et il existe une abondante littérature sur le sujet. Néanmoins, notre approche propriétaire se distingue de par sa relative simplicité, et de par le fait que les définitions des facteurs utilisées sont en ligne avec celles appliquées au sein de nos propres processus d'investissement quantitatifs.

Robeco Factor Exposure Monitor permet ainsi de comprendre et d’analyser la contribution de chacun des facteurs à la performance du portefeuille. Il peut être utilisé conjointement à d'autres outils(4) afin d'évaluer par exemple les impacts de l'allocation résultant des positions sectorielles ou géographiques.

  1. Lisez notre article sur les pièges de l'investissement axé sur la valorisation et le momentum.
  2. Lisez nos récents articles publiés sur la manière dont nous combinons efficacement les facteurs pour les actions et pour les obligations.
  3. Pour en savoir plus sur notre Factor Exposure Monitor, lisez notre recueil d'études de cas.
  4. Consultez les informations sur notre outil d'analyse risque-rendement d'allocation stratégique dynamique d’actifs (ASDA).
Partager :